Tuesday, May 27, 2014

Q&A with Two Interns from the RBC Museum Internship for Emerging Professionals Program | Questions et Réponses avec deux stagiaires du Programme de stage RBC pour la relève muséale

Le français suit. 

PART 2 of 2 

This blog post series profiles the 2013 interns from the RBC Museum Internship for Emerging Professionals program. In part 2 of 2, Samantha Shannon, a recent graduate from the Collections Conservation and Management program at Fleming College in Peterborough, Ontario, provides a glimpse into her life as an intern: 

What did your RBC internship consist of? 
I was the operations, marketing and collections management intern. This was a unique internship during which I spent time at four different organizations. I was based at the Yukon Historical & Museums Association where I worked for 6 ½ weeks before going to the Copperbelt Railways and Mining Museum, the Old Log Church Museum and the Yukon Transportation Museum, each for 6 ½ weeks. All of the organizations were located in Whitehorse. I worked on a variety of different tasks primarily with the various collections of the different museums, as well as providing assistance with different projects. 

Samantha Shannon visited Keno City, Yukon during her internship.
What was your favourite aspect of the internship? 
All of my supervisors encouraged me to work on projects in which I was interested and for this reason I enjoyed the work. I think the best part of this particular internship was that I was able to work at so many different places and meet so many different people. This was particularly interesting for me as I am starting my career and was able to see different ways that different organizations deal with various issues. 

What advice would you give other graduates in the heritage field? 
I would advise other graduates to be flexible both in locations and types of positions that they apply for. I was quite excited about working in the Yukon as well as the opportunity that this position provided for me to try out new things. I’m still quite new to the field, but it seems to me that having a wide variety of skills and experience can only make you a better worker and is absolutely essential when working at a small museum. 

Besides remuneration, what do you feel are the benefits and value of a paid internship compared to one that is unpaid?
I don’t think it should have to be said that employees deserve to be paid for the work they are doing. Most new graduates bring a great deal of education and training to the job and keeping them in unpaid positions prevents them from contributing all that they have to offer; it is unlikely that a person who isn’t paid will be given responsibility for projects with a high importance even if they have the ability and qualification to do the work. Despite all best intentions, an unpaid intern cannot fully integrate into a workforce. In addition to this, I think that at some level it devalues the field when interns are not paid, as if the work being done in museums and the heritage field, preserving and sharing history, isn’t worth paying for. 

What is your dream job?
 I have training in earth sciences, as well as in collections conservation and management. I am definitely more drawn to the collections management side of working at a museum and would be very excited to have a position which could integrate some of my prior education in science, as well. I have enjoyed working in small museums which of course requires you to participate in many different aspects of running a museum and has allowed me to develop a wide skill-set which I can bring to and continue to improve on to whatever position I end up in.
  
-------------

Deuxième de deux parties 

Cette série d'articles met en vedette les stagiaires du Programme de stage RBC pour la relève muséale 2013. Dans cette deuxième de deux parties, Samantha Shannon, récente diplômée du programme de gestion des collections et de la conservation au collège Fleming de Peterborough (Ontario), nous donne un aperçu de sa vie de stagiaire : 

En quoi a consisté votre stage RBC? 
En tant que stagiaire, j’étais responsable de la gestion des activités, du marketing et des collections. C’était un stage unique, pendant lequel j’ai pu passer du temps dans quatre organisations différentes. J’étais établie à l’Association des musées et des lieux historiques du Yukon, où j’ai travaillé pendant six semaines et demie. J’ai ensuite travaillé au Copperbelt Railways and Mining Museum, au Old Log Church Museum et au Yukon Transportation Museum, et j’ai passé six semaines et demie à chaque endroit. Toutes ces organisations sont situées à Whitehorse. J’ai effectué diverses tâches liées principalement aux collections de ces musées, et j’ai apporté mon soutien à différents projets. 

Quel est l’aspect du stage que vous avez préféré? 
Le travail m’a plu, car tous mes superviseurs m’ont encouragée à participer à des projets qui m’intéressaient. Ce que j’ai préféré dans ce stage, c’est le fait d’avoir pu travailler à tant d’endroits différents et rencontrer tant de gens différents. Comme je démarre ma carrière, j’ai trouvé particulièrement intéressant de voir comment des organisations distinctes s’y prennent pour traiter diverses questions. 

Samantha Shannon lors de son stage au Old Log Church Museum.
Quel conseil donneriez-vous à d’autres diplômés dans le domaine du patrimoine?
Je leur conseillerais de faire preuve de souplesse en ce qui concerne le lieu et le type de poste pour lequel ils postulent. J’étais très heureuse de travailler au Yukon et d’avoir l’occasion, grâce à ce stage, d’essayer de nouvelles choses. Je suis encore assez nouvelle dans ce domaine, mais il me semble que le fait de développer un vaste éventail de compétences et d’élargir notre expérience doit faire de nous de meilleurs employés. La polyvalence est une qualité absolument essentielle quand on travaille dans un petit musée. 

À part la rémunération, quels sont selon vous les avantages et la valeur d’un stage rémunéré par rapport à un stage non rémunéré?
Selon moi, cela va de soi que les employés méritent d’être rémunérés pour le travail qu’ils effectuent. La plupart des nouveaux diplômés apportent dans leur fonction un solide bagage de connaissances et de formation; en leur offrant seulement des postes non rémunérés, on les empêche de fournir leur pleine contribution. Il est peu probable qu’une personne qui n’est pas rémunérée se verra attribuer la responsabilité de projets de grande importance, même si elle a la capacité et les qualifications pour faire le travail. Malgré toutes les bonnes intentions, il n’est pas possible pour un stagiaire non rémunéré de s’intégrer pleinement à son milieu de travail. Par ailleurs, je pense que, en ne payant pas les stagiaires, on contribue d’une certaine façon à dévaluer le secteur – comme si le travail fait dans les musées et les organismes liés au patrimoine, qui préservent et font connaître notre histoire, ne valait pas la peine d’être rémunéré.

Quel serait le travail de vos rêves?
J’ai une formation en sciences de la Terre, ainsi qu’en gestion et en conservation des collections. Ce qui m’attire le plus dans le travail au sein d’un musée, c’est vraiment la gestion des collections, mais j’aimerais aussi beaucoup avoir un poste qui me permettrait d’intégrer certains aspects de mes études antérieures en sciences. Le fait de travailler dans de petits musées m’a beaucoup plus, car cela nous oblige à prendre part à de nombreux aspects de la gestion d’un musée. Ainsi, j’ai pu acquérir des compétences diversifiées, que je pourrai utiliser et développer dans le poste où je serai appelée à travailler.

Thursday, May 01, 2014

Q&A with Two Interns from the RBC Museum Internship for Emerging Professionals Program | Questions et réponses avec deux stagiaires du Programme de stage RBC pour la relève muséale


Le français suit.


PART 1 of 2

Each year, the RBC Museum Internship for Emerging Professionals program offers an enhanced learning experience for emerging museum professionals. For a period of four to six months, interns benefit from practical skills development in a professional and supervised setting. The internships take place in museums or art galleries located in the city where the CMA National Conference is to be hosted each year. This means that both 2013 interns had the rare opportunity to work in Whitehorse, Yukon! We’ve asked last year’s interns to answer some questions about their experiences.

In part 1 of 2 in this blog post series, Lianne Maitland, a recent graduate of the Masters of Museums Studies program at the University of Toronto, provides a glimpse into her life as an intern:

What did your RBC internship consist of?
My position was Gallery Outreach Intern at the Yukon Arts Centre (YAC) Public Art Gallery, in which I worked with staff and community partners to manage art programs and community collaborations. I also assisted with collection management and administrative tasks. Since the Gallery team is small, I did a bit of everything! My main project, however, was coordinating Culture Days and Doors Open alongside other YAC staff and the Yukon Historical and Museums Association.


Lianne Maitland with the original Ted Harrison illustrations for The Shooting of Dan McGrew and The Cremation of Sam McGee, which are part of the Yukon Arts Centre's Permanent Collection.  (Photo credit: Yukon Arts Centre)
What was your favourite aspect of the internship?
Getting to know the arts community of Yukon. There is something special about Yukon that draws artists from all over Canada and beyond, which is probably why when I first arrived in Whitehorse it seemed like every second person I met was an artist (even those I met outside of work). What's particularly striking about the local arts community is how varied it is, and how engaged it is with the community as a whole. Working at YAC meant that I contributed to that engagement, and of course got to be right in the middle of it all.

What advice would you give other graduates in the heritage field? 
Don't be afraid to look for jobs (or internships) a bit outside your comfort zone, whether it's the job description, the location, or the type of organization you'd be working for. Even if it doesn't work out in the long run, or is only for a limited term from the start, having diverse work experience will pay off by giving you a different perspective and greater flexibility.

Besides remuneration, what do you feel are the benefits and value of a paid internship compared to one that is unpaid?
I've been fortunate enough to have had two paid internships, in addition to a short unpaid internship that formed part of my degree coursework. Since I've never had an unpaid internship outside of coursework, which is a very different experience, I don't think I can fully answer this question. However, since both of my paid internships involved significant temporary relocations, what I can say is that I could not have afforded to do either without financial compensation. I think that this is likely the case for many emerging heritage professionals. Therefore, offering a paid internship can widen the talent pool, since candidates can come from further afield. Paid interns might also be more likely to stay for the entire placement period because they wouldn't feel financial pressure to find another internship that offers remuneration. Furthermore, while I can't speak for other interns, being paid for my work meant that I never felt like 'just an intern.' I felt like a full, valued team member, which gave me the confidence to contribute ideas and suggestions that I might otherwise have dismissed as unimportant. Obviously, this last issue also depends on the culture of the workplace, but remuneration can serve as a solid foundation for cultivating a positive relationship between intern and host.

What is your dream job?
Ideally, I'd like to work in a smaller, community-oriented museum or gallery in which I'd be able to wear many hats. Since my interests are diverse, I appreciate the flexibility that smaller institutions offer. Also, I think that in many ways it is easier for smaller institutions to form strong relationships with their publics because often they quite literally could not exist without those relationships. For me, they are what make the heritage field so rewarding.

----------------

Première de deux parties

Tous les ans, le Programme de stage RBC pour la relève muséale offre une riche expérience d’apprentissage aux nouveaux professionnels du domaine muséal. Pendant une période de quatre à six mois, les stagiaires ont l’occasion de développer leurs compétences pratiques dans un cadre professionnel supervisé. Les stages ont lieu dans des musées se trouvant dans la ville où doit avoir lieu cette année-là le Congrès national de l’AMC. Cela signifie que les deux stagiaires de 2013 ont eu la chance très rare de travailler à Whitehorse (Yukon)! Nous avons demandé aux stagiaires de l’année passée de répondre à quelques questions sur leur expérience.

Dans la première de deux parties dans ce blogue, Lianne Maitland, récente diplômée du programme de maîtrise en études muséales à l’Université de Toronto, nous donne un aperçu de sa vie de stagiaire :

En quoi a consisté votre stage RBC?
J’étais stagiaire en diffusion externe au musée d’art du Centre des arts du Yukon (CAY), où je travaillais avec le personnel et des partenaires de la collectivité à la gestion de programmes d’art et de collaborations communautaires. J’ai aussi contribué à la gestion des collections et effectué des tâches administratives. Comme l’équipe du musée n’est pas nombreuse, je faisais un peu de tout! Mais j’ai surtout travaillé à la coordination de la Fête de la culture et de Portes Ouvertes avec d’autres membres du personnel du CAY et la Yukon Historical and Museums Association.

Quel est l’aspect du stage que vous avez préféré?
Faire la connaissance de la communauté artistique du Yukon. Il y a quelque chose de particulier au Yukon qui attire des artistes de tout le Canada et de l’étranger, et c’est probablement pourquoi, quand je suis arrivée à Whitehorse, il m’a semblé qu’une personne sur deux que je rencontrais était un artiste (même ceux et celles que je rencontrais hors du travail). La diversité de la communauté artistique locale est particulièrement frappante, tout comme sa participation à la vie de la communauté dans son ensemble. Travaillant au CAY, j’y ai contribué, et j’étais bien sûr au cœur de l’action.


Lianne Maitland et les illustrations originales de Ted Harrison, The Shooting of Dan McGrew et The Cremation of Sam McGee, qui font partie de la collection permanente du Centre des arts du Yukon. (Photo: Centre des arts du Yukon)
Quel conseil donneriez-vous à d’autres diplômés dans le domaine du patrimoine? 
Osez chercher des emplois (ou des stages) un peu hors de votre zone de confort, qu’il s’agisse de la description de tâches, de l’endroit ou du type d’organisation pour laquelle vous travailleriez. Même si ça ne fonctionne pas à long terme, ou que ce n’est au départ que pour une période limitée, avoir une expérience du travail diverse sera payant, car vous aurez un point de vue différent sur les choses, et vous serez plus souple.

À part la rémunération, quels sont selon vous les avantages et la valeur d’un stage rémunéré par rapport à un stage non rémunéré?
J’ai eu la chance d’effectuer deux stages rémunérés, en plus d’un court stage non payé qui faisait partie des travaux pour l’obtention de mon diplôme. Comme je n’ai jamais participé à un stage non rémunéré dans d’autres circonstances, ce qui serait une expérience tout à fait différente, je ne pense pas que je puisse répondre entièrement à cette question. Mais, comme mes deux stages payés m’ont obligée à vivre temporairement loin de chez moi, tout ce que je peux dire, c’est que je n’aurais pas pu me le permettre sans être payée. Je pense que c’est vraisemblablement le cas pour de nombreux nouveaux professionnels du patrimoine. Donc, offrir un stage rémunéré peut élargir le bassin de talents, puisque les candidats peuvent venir de plus loin. Les stagiaires rémunérés sont aussi peut-être plus susceptibles de rester pour toute la période du stage, parce que des pressions financières ne les obligeraient pas à se trouver un stage qui serait rémunéré. De plus, je ne peux pas parler pour d’autres stagiaires, mais étant payée pour mon travail, je n’ai jamais eu l’impression de n’être qu’une « simple stagiaire ». Je me sentais appréciée, membre à part entière de l’équipe, ce qui me donnait la confiance nécessaire pour proposer des idées et faire des suggestions que j’aurais peut-être autrement considérées comme sans importance. Manifestement, ce dernier problème dépend de la culture du milieu de travail, mais la rémunération peut constituer une base solide pour que la relation entre le stagiaire et l’hôte soit positive.

Quel serait le travail de vos rêves?
Idéalement, j’aimerais travailler dans un petit musée local où je pourrais porter plusieurs casquettes. Comme mes intérêts sont divers, j’apprécie la flexibilité qu’offrent les petits établissements. Et je pense aussi qu’à bien des égards il est plus facile pour les petits établissements de former des relations solides avec leur public parce, souvent, ils ne pourraient littéralement pas exister sans ces relations. Pour moi, ils sont ce qui fait du patrimoine un domaine si enrichissant.

Tuesday, March 04, 2014

Virtual Reality: Taking Museum Tours into the Future | La réalité virtuelle : les musées se voient projetés dans l'avenir

Internet cultural portal Europeana is exploring a new way for the public to interact with artifacts usually kept behind closed doors. They are looking to incorporate Virtual Reality (VR) and three-dimensional (3-D) technologies into the cultural sector to allow members of the public to tour a museum without having to leave the house.

Europeana is in the process of using VR headsets from California-based technology company Oculus VR to create virtual museum tours. The company’s Oculus Rift headsets were originally intended for immersive video gaming, but have a range of potential applications. Set to be released to the public this year, the headsets are expected to cost about US$300. These headsets have the potential to become a versatile and popular piece of hardware, similar to tablets. Due to their versatility and portability, tablets have exploded in popularity and have led to the development of many tablet-friendly technological applications, many of which apply to the cultural sector. Like tablets, the headsets could provide new and unique ways for businesses, causes, or even cultural institutions to communicate directly with the public they want to reach.

 

Europeana is trying to tap into this potential by working with museums to create a variety of virtual tours that can be enjoyed using the headsets. As an example of the process, they created a fictional virtual museum with a selection of art from the Rijksmuseum in Amsterdam and released a demo virtual tour of its collection in December. The tours are meant to give viewers as authentic a feeling as possible, without physically going to a museum. Visitors will set their own pace and look all around an exhibition or an entire museum, as one naturally would. The 3-D component allows viewers to contemplate an object from every angle. In some ways, the technology will allow visitors to experience the museum even more fully than they could in person because they could look closely at pieces without traditional museum restrictions and crowds affecting their experience.
Those who work in culture and heritage are becoming increasingly interested in the potential to provide the public with online access to museum collections. Many museums have digitized all or part of their collections for simplified online access. The products of this digitization range from research databases to interactive online exhibitions. VR presents an entirely new way to use and present these digital collections.

Though 3-D VR online tours are a newly realized phenomenon, the concept of virtually exploring a museum has already been put into practice by cultural institutions around the world. Since its public launch in 2001, the Canadian Heritage Information Network (CHIN), under the federal Department of Canadian Heritage, operates the Virtual Museum of Canada that funds and aggregates virtual exhibitions and interactive features from museums around the country, offering descriptions and links on one online platform.


An illustration of the Smithsonian’s virtual tour from its website.
Source: The Smithsonian
There are also a number of institutions that aim to provide a similar type of at-home museum experience to what Europeana is working on. The Smithsonian Institution, for example, offers free online panoramic tours of the museum.  Online visitors can choose their route through certain exhibitions, clicking on artifacts of interest for more information as they go. The Louvre in Paris offers a similar online service for a select number of its exhibitions. A series of arrows guide visitors through the museum. Clicking on an object provides a picture and additional details.

While these methods are useful, there is an element of authenticity that has yet to be replicated. Each virtual exhibition option currently on the market is limited by the technologies with which it operates. If Europeana is able to deliver what they promise, their virtual museum tours will make authentic cultural experiences more widely accessible than ever.  Regardless of their geographical location, people incapable of visiting museums because of physical or financial limitations will have the opportunity to engage with culture firsthand. Culture vultures that do not have the time and money to travel to every museum that interests them could do so virtually for only the initial cost of a VR headset, compared to much higher travel costs.

One of the major benefits of virtual tours is that visitors will not be limited by museum hours and tour schedules, or by the massive crowds that often frequent world-renowned cultural institutions. An exhibition can be explored at the visitor’s own pace. He or she can take their time with objects that catch his or her eye, and fly past others without encountering long lines or velvet ropes. It will be possible to sit and contemplate a piece of art for hours on end without interruption. Though VR cannot perfectly recreate the experience of seeing cultural artifacts firsthand or walking through a historically significant site, it is the most authentic replica of a physical visit available.

“La Corniche near Monaco” by Claude Monet 
is featured in Europeana's demo tour.
Copyright: The Rijksmuseum - Public Domain

Another potential benefit to cultural institutions and visitors is that VR can go beyond simply replicating the traditional museum visit. The technology can be used to construct entirely new spaces for cultural purposes. On its blog, Europeana suggests the possibility of recreating Rembrandt’s workshop for visits via a VR headset, or allowing virtual visitors to step inside a piece of art by Monet. With VR, curators are not bound by the physical or budgetary limitations of their institution. They have the opportunity to display some of the many items in a collection that do not fit in a museum’s current displays. VR has the potential to provide numerous previously unexplored possibilities for introducing people to culture and heritage, or allowing them to experience it differently.

Rather than replace traditional museum visits, VR tours can be seen as complementary. With this technology, people incapable of visiting museums will enjoy an unparalleled 3D cultural experience. Cultural institutions will have the capacity to reach a broader, largely untapped audience and increase the general population’s engagement and interest in arts and heritage. With the recent affordability of VR headsets and an ever increasing number of people expecting high quality online access to cultural works, VR museum tours are a phenomenon worth watching this year.


Meagan Curran is a fourth-year journalism student at Carleton University. She interned with the CMA in winter 2014.

----------------

Le portail culturel Internet Europeana explore une nouvelle façon pour le public d’interagir avec des artefacts normalement conservés derrière des portes closes. Il cherche à intégrer la réalité virtuelle (RV) et des technologies tridimensionnelles (3-D) au secteur culturel afin de permettre aux membres du public de visiter un musée sans sortir de chez eux.

Europeana utilise actuellement des casques d’écoute de RV produits par la société californienne de technologie Oculus VR pour créer des visites de musée virtuelles. Les casques d’écoute Oculus Rift de la compagnie ont été conçus à l’origine pour des jeux vidéo immersifs, mais leurs applications potentielles sont nombreuses. Devant être offerts au public cette année, ces casques devraient coûter environ 300 $ US. Ils sont susceptibles de devenir des instruments polyvalents et populaires, un peu comme les tablettes. En raison de leur polyvalence et de leur portabilité, la popularité des tablettes a explosé et on a ainsi assisté à la création de nombreuses applications technologiques prises en charge par les tablettes, dont un bon nombre s’appliquent au secteur culturel. À l’instar des tablettes, les casques d’écoute pourraient fournir de nouveaux moyens exceptionnels aux entreprises, aux organisations s’occupant de causes et même aux établissements culturels pour communiquer directement avec le public qu’ils souhaitent joindre.
 
 

Europeana essaie d’exploiter ce potentiel en travaillant avec des musées à la création de diverses visites virtuelles dont on pourra profiter avec des casques d’écoute. En guise d’exemple, ils ont créé un musée virtuel fictif avec une sélection d’œuvres d’art du Rijksmuseum d’Amsterdam et publié en décembre une visite virtuelle de démonstration de sa collection. Les visites sont conçues pour donner aux spectateurs des sensations aussi authentiques que possible, sans avoir à se rendre en personne dans un musée. Les visiteurs vont à leur propre rythme et regardent toute une exposition, ou un musée entier, comme on le fait naturellement. L’élément 3-D permet au spectateur de contempler un objet sous tous ses angles. La technologie permettra en quelque sorte aux visiteurs de faire l’expérience du musée de manière encore plus complète qu’en personne, car ils peuvent regarder de près les œuvres sans les habituelles restrictions qu’imposent les musées et les foules qui nuisent à leur expérience.

Ceux qui travaillent dans les domaines de la culture et du patrimoine s’intéressent de plus en plus à la possibilité de donner au public un accès en ligne à leurs collections. Beaucoup de musées ont numérisé la totalité ou une partie de leurs collections pour simplifier l’accès en ligne. Les produits de cette numérisation vont de bases de données de recherche à des expositions interactives en ligne. La RV offre une manière tout à fait nouvelle d’utiliser et de présenter ces collections numériques.

Les visites virtuelles en ligne en 3-D sont un phénomène tout nouveau, mais le concept de l’exploration virtuelle d’un musée a déjà été mis en pratique par des établissements culturels un peu partout dans le monde. Depuis son lancement public en 2001, le Réseau canadien d’information sur le patrimoine (RCIP), organisme du ministère du Patrimoine canadien, exploite le Musée virtuel du Canada, qui finance et réunit des expositions virtuelles et des éléments interactifs de musées de tout le pays, offrant des descriptions et des liens sur une unique plate-forme en ligne.

Illustration de la visite virtuelle de la Smithsonian. Source : The Smithsonian.

Un certain nombre d’établissements veulent également offrir un type d’expérience muséale à la maison semblable à celle à laquelle travaille Europeana. La Smithsonian Institution, par exemple, offre des visites panoramiques en ligne du musée. Les visiteurs en ligne peuvent choisir leur itinéraire à travers certaines expositions, cliquant sur des artefacts qui les intéressent pour en savoir plus. Le Louvre, à Paris, offre un service en ligne semblable pour un certain nombre d’expositions. Une série de flèches guident les visiteurs à travers le musée. Cliquer sur un objet fait apparaître une image et des détails supplémentaires.

Ces méthodes sont utiles, mais l’expérience n’est pas encore tout à fait authentique. Chaque type d’exposition virtuelle actuellement sur le marché est limité par les technologies employées. Si Europeana parvient à réaliser ce qu’il a promis, ses visites virtuelles de musées rendront plus largement accessibles que jamais des expériences culturelles authentiques. Peu importe où elles se trouvent, des personnes incapables de visiter des musées à cause de limitations physiques ou financières auront la possibilité d’avoir une expérience culturelles de première main. Les férus de culture qui manquent de temps et d’argent pour se rendre visiter chaque musée qui les intéresse pourraient le faire virtuellement pour le prix d’un casque d’écoute de RV, soit beaucoup moins que celui d’un voyage.

Un des grands avantages des visites virtuelles est que les visiteurs ne seront pas limités par les horaires et les calendriers des musées, ni par les foules considérables qui fréquentent les établissements culturels de renommée mondiale. Le visiteur peut explorer une exposition à son rythme. Il peut s’attarder si un objet l’intéresse particulièrement, et passer rapidement devant les autres sans être gêné par de longues files ou des cordes de velours. Il sera possible de s’asseoir et de contempler une œuvre d’art pendant des heures sans interruption. La RV ne peut recréer parfaitement l’expérience du visiteur qui contemple sans intermédiaire des artefacts culturels ou qui déambule à travers un lieu important sur le plan historique, mais c’est la reproduction la plus authentique qui existe d’une telle expérience.

Image de la visite démo d’Europeana. Source : Blog d’Europeana.
Un autre avantage potentiel pour les établissements culturels et les visiteurs est que la RV peut faire davantage que simplement reproduire la visite traditionnelle d’un musée. La technologie peut être utilisée pour construire des espaces culturels entièrement nouveaux. Sur son blog, Europeana suggère la possibilité de recréer l’atelier de Rembrandt pour des visites au moyen d’un casque d’écoute de RV, ou de permettre à des visiteurs virtuels de pénétrer dans une œuvre d’art de Monet. Avec la RV, les conservateurs ne sont pas soumis aux limitations matérielles et budgétaires de leur établissement. Ils ont la possibilité de montrer certains des nombreux objets d’une collection qui ne peuvent figurer dans les expositions actuelles d’un musée. La RV a le potentiel d’offrir des possibilités jusque-là inexplorées de présenter aux gens la culture et le patrimoine, ou de leur permettre de les expérimenter différemment.

Les visites virtuelles peuvent être considérées plutôt comme complémentaires des visites traditionnelles des musées, et ne les remplacent donc pas. Grâce à cette technologie, des personnes incapables de visiter des musées profiteront d’une expérience culturelle 3-D sans pareille. Les établissements culturels seront en mesure d’atteindre un public plus vaste, dans une grande mesure inexploité, et d’accroître la mobilisation et l’intérêt pour les arts et le patrimoine de la population en général. Les casques d’écoute étant récemment devenus abordables, et un nombre sans cesse croissant de personnes s’attendant à un accès en ligne de haute qualité à des œuvres culturelles, les visites virtuelles des musées sont un phénomène qu’il vaudra la peine de surveiller de près cette année.

Meagan Curran est étudiante en journalisme (4e année) à l’Université Carleton. Elle a été stagiaire à l’AMC à l’hiver 2014.