Friday, November 07, 2014

Museums play a vital role in nation’s response following events in St-Jean-sur-Richelieu and Ottawa | Les musées jouent un rôle primordial dans la réaction de la nation suite aux événements à St-Jean-sur-Richelieu et Ottawa

Le français suit.


Following the tragic attacks in St-Jean-sur-Richelieu and Ottawa, the nation has shown a strong resolve and united front. We are still mourning but activities in the nation’s capital are returning to their normal pace. Parliament has reopened its doors to the general public and municipal elections were held as planned. Our thoughts are with the families and friends of Warrant Officer Patrice Vincent and Corporal Nathan Cirillo.

As the nation resiliently builds an open and democratic society, museums have a vital role to play. John McAvity, Executive Director & CEO of Canadian Museums Association (CMA) explained in a statement following the attacks: "It is time for us to celebrate the freedom we enjoy in this country and to continue to push for greater tolerance and understanding in our diversity and collective identity. Canadian museums and galleries are prepared to be open and accessible to all."

This month, the CMA is honored to organize Canadian Museums Day on Parliament Hill 2014. Museum professionals from across Canada will discuss the value and contributions of museums with Parliamentarians. Museums, art galleries, science centres, aquaria, archives, sports halls-of-fame, artist-run centres, zoos, and historic sites across the country contribute to shared citizenship and understanding. We invite you to continue to support museums as they reflect Canada’s diverse and multicultural society. 

For more information on Canadian Museums Day on Parliament Hill 2014, please visit our website.

Mafoya Dossoumon is a communications manager with the
Canadian Museums Association

-----------------------

Suite aux événements tragiques qui ont eu lieu à St-Jean-sur-Richelieu et Ottawa, la nation a fait montre d'une grande détermination et d'un front uni. Nous pleurons encore nos disparus mais les activités dans la capitale nationale reprennent leur rythme régulier. Le Parlement a rouvert ses portes au grand public et les élections municipales se sont déroulées comme prévues. Nos pensées accompagnent les familles et amis de l'adjudant Patrice Vincent et du caporal Nathan Cirillo.

Pendant que la nation continue de construire avec résilience une société ouverte et démocratique, les musées ont un rôle primordial à jouer. John McAvity, Directeur général de l’Association des musées canadiens, a expliqué dans un communiqué après les attaques que : « Le moment est opportun de célébrer la liberté dont nous jouissons dans ce pays et de poursuivre nos efforts pour promouvoir une plus grande tolérance et une meilleure compréhension au regard de notre identité collective et de la diversité qui nous caractérise. Les musées canadiens font volontiers preuve d’ouverture et sont accessibles à tous. »

L’AMC est fière d’organiser la Journée des musées canadiens sur la colline du Parlement 2014 au mois de novembre. Des professionnels du milieu muséal de l’ensemble du Canada vont discuter de la valeur et des contributions des musées avec les parlementaires. Les musées, les galeries d’art, les centres de sciences, les aquariums, les archives, les temples de la renommée sportive, les centres d’artistes, les zoos et les sites historiques de l’ensemble de la nation favorisent une compréhension et citoyenneté partagées. Nous vous invitons donc  à continuer de soutenir les musées parce qu’ils reflètent la société diversifiée et multiculturelle du Canada.

Pour de plus amples informations à propos de la Journée des musées canadiens sur la colline du Parlement 2014, veuillez visiter notre site web.


Mafoya Dossoumon est gestionnaire des communications à
l'Association des musées canadiens

Tuesday, May 27, 2014

Q&A with Two Interns from the RBC Museum Internship for Emerging Professionals Program | Questions et Réponses avec deux stagiaires du Programme de stage RBC pour la relève muséale

Le français suit. 

PART 2 of 2 

This blog post series profiles the 2013 interns from the RBC Museum Internship for Emerging Professionals program. In part 2 of 2, Samantha Shannon, a recent graduate from the Collections Conservation and Management program at Fleming College in Peterborough, Ontario, provides a glimpse into her life as an intern: 

What did your RBC internship consist of? 
I was the operations, marketing and collections management intern. This was a unique internship during which I spent time at four different organizations. I was based at the Yukon Historical & Museums Association where I worked for 6 ½ weeks before going to the Copperbelt Railways and Mining Museum, the Old Log Church Museum and the Yukon Transportation Museum, each for 6 ½ weeks. All of the organizations were located in Whitehorse. I worked on a variety of different tasks primarily with the various collections of the different museums, as well as providing assistance with different projects. 

Samantha Shannon visited Keno City, Yukon during her internship.
What was your favourite aspect of the internship? 
All of my supervisors encouraged me to work on projects in which I was interested and for this reason I enjoyed the work. I think the best part of this particular internship was that I was able to work at so many different places and meet so many different people. This was particularly interesting for me as I am starting my career and was able to see different ways that different organizations deal with various issues. 

What advice would you give other graduates in the heritage field? 
I would advise other graduates to be flexible both in locations and types of positions that they apply for. I was quite excited about working in the Yukon as well as the opportunity that this position provided for me to try out new things. I’m still quite new to the field, but it seems to me that having a wide variety of skills and experience can only make you a better worker and is absolutely essential when working at a small museum. 

Besides remuneration, what do you feel are the benefits and value of a paid internship compared to one that is unpaid?
I don’t think it should have to be said that employees deserve to be paid for the work they are doing. Most new graduates bring a great deal of education and training to the job and keeping them in unpaid positions prevents them from contributing all that they have to offer; it is unlikely that a person who isn’t paid will be given responsibility for projects with a high importance even if they have the ability and qualification to do the work. Despite all best intentions, an unpaid intern cannot fully integrate into a workforce. In addition to this, I think that at some level it devalues the field when interns are not paid, as if the work being done in museums and the heritage field, preserving and sharing history, isn’t worth paying for. 

What is your dream job?
 I have training in earth sciences, as well as in collections conservation and management. I am definitely more drawn to the collections management side of working at a museum and would be very excited to have a position which could integrate some of my prior education in science, as well. I have enjoyed working in small museums which of course requires you to participate in many different aspects of running a museum and has allowed me to develop a wide skill-set which I can bring to and continue to improve on to whatever position I end up in.
  
-------------

Deuxième de deux parties 

Cette série d'articles met en vedette les stagiaires du Programme de stage RBC pour la relève muséale 2013. Dans cette deuxième de deux parties, Samantha Shannon, récente diplômée du programme de gestion des collections et de la conservation au collège Fleming de Peterborough (Ontario), nous donne un aperçu de sa vie de stagiaire : 

En quoi a consisté votre stage RBC? 
En tant que stagiaire, j’étais responsable de la gestion des activités, du marketing et des collections. C’était un stage unique, pendant lequel j’ai pu passer du temps dans quatre organisations différentes. J’étais établie à l’Association des musées et des lieux historiques du Yukon, où j’ai travaillé pendant six semaines et demie. J’ai ensuite travaillé au Copperbelt Railways and Mining Museum, au Old Log Church Museum et au Yukon Transportation Museum, et j’ai passé six semaines et demie à chaque endroit. Toutes ces organisations sont situées à Whitehorse. J’ai effectué diverses tâches liées principalement aux collections de ces musées, et j’ai apporté mon soutien à différents projets. 

Quel est l’aspect du stage que vous avez préféré? 
Le travail m’a plu, car tous mes superviseurs m’ont encouragée à participer à des projets qui m’intéressaient. Ce que j’ai préféré dans ce stage, c’est le fait d’avoir pu travailler à tant d’endroits différents et rencontrer tant de gens différents. Comme je démarre ma carrière, j’ai trouvé particulièrement intéressant de voir comment des organisations distinctes s’y prennent pour traiter diverses questions. 

Samantha Shannon lors de son stage au Old Log Church Museum.
Quel conseil donneriez-vous à d’autres diplômés dans le domaine du patrimoine?
Je leur conseillerais de faire preuve de souplesse en ce qui concerne le lieu et le type de poste pour lequel ils postulent. J’étais très heureuse de travailler au Yukon et d’avoir l’occasion, grâce à ce stage, d’essayer de nouvelles choses. Je suis encore assez nouvelle dans ce domaine, mais il me semble que le fait de développer un vaste éventail de compétences et d’élargir notre expérience doit faire de nous de meilleurs employés. La polyvalence est une qualité absolument essentielle quand on travaille dans un petit musée. 

À part la rémunération, quels sont selon vous les avantages et la valeur d’un stage rémunéré par rapport à un stage non rémunéré?
Selon moi, cela va de soi que les employés méritent d’être rémunérés pour le travail qu’ils effectuent. La plupart des nouveaux diplômés apportent dans leur fonction un solide bagage de connaissances et de formation; en leur offrant seulement des postes non rémunérés, on les empêche de fournir leur pleine contribution. Il est peu probable qu’une personne qui n’est pas rémunérée se verra attribuer la responsabilité de projets de grande importance, même si elle a la capacité et les qualifications pour faire le travail. Malgré toutes les bonnes intentions, il n’est pas possible pour un stagiaire non rémunéré de s’intégrer pleinement à son milieu de travail. Par ailleurs, je pense que, en ne payant pas les stagiaires, on contribue d’une certaine façon à dévaluer le secteur – comme si le travail fait dans les musées et les organismes liés au patrimoine, qui préservent et font connaître notre histoire, ne valait pas la peine d’être rémunéré.

Quel serait le travail de vos rêves?
J’ai une formation en sciences de la Terre, ainsi qu’en gestion et en conservation des collections. Ce qui m’attire le plus dans le travail au sein d’un musée, c’est vraiment la gestion des collections, mais j’aimerais aussi beaucoup avoir un poste qui me permettrait d’intégrer certains aspects de mes études antérieures en sciences. Le fait de travailler dans de petits musées m’a beaucoup plus, car cela nous oblige à prendre part à de nombreux aspects de la gestion d’un musée. Ainsi, j’ai pu acquérir des compétences diversifiées, que je pourrai utiliser et développer dans le poste où je serai appelée à travailler.

Thursday, May 01, 2014

Q&A with Two Interns from the RBC Museum Internship for Emerging Professionals Program | Questions et réponses avec deux stagiaires du Programme de stage RBC pour la relève muséale


Le français suit.


PART 1 of 2

Each year, the RBC Museum Internship for Emerging Professionals program offers an enhanced learning experience for emerging museum professionals. For a period of four to six months, interns benefit from practical skills development in a professional and supervised setting. The internships take place in museums or art galleries located in the city where the CMA National Conference is to be hosted each year. This means that both 2013 interns had the rare opportunity to work in Whitehorse, Yukon! We’ve asked last year’s interns to answer some questions about their experiences.

In part 1 of 2 in this blog post series, Lianne Maitland, a recent graduate of the Masters of Museums Studies program at the University of Toronto, provides a glimpse into her life as an intern:

What did your RBC internship consist of?
My position was Gallery Outreach Intern at the Yukon Arts Centre (YAC) Public Art Gallery, in which I worked with staff and community partners to manage art programs and community collaborations. I also assisted with collection management and administrative tasks. Since the Gallery team is small, I did a bit of everything! My main project, however, was coordinating Culture Days and Doors Open alongside other YAC staff and the Yukon Historical and Museums Association.


Lianne Maitland with the original Ted Harrison illustrations for The Shooting of Dan McGrew and The Cremation of Sam McGee, which are part of the Yukon Arts Centre's Permanent Collection.  (Photo credit: Yukon Arts Centre)
What was your favourite aspect of the internship?
Getting to know the arts community of Yukon. There is something special about Yukon that draws artists from all over Canada and beyond, which is probably why when I first arrived in Whitehorse it seemed like every second person I met was an artist (even those I met outside of work). What's particularly striking about the local arts community is how varied it is, and how engaged it is with the community as a whole. Working at YAC meant that I contributed to that engagement, and of course got to be right in the middle of it all.

What advice would you give other graduates in the heritage field? 
Don't be afraid to look for jobs (or internships) a bit outside your comfort zone, whether it's the job description, the location, or the type of organization you'd be working for. Even if it doesn't work out in the long run, or is only for a limited term from the start, having diverse work experience will pay off by giving you a different perspective and greater flexibility.

Besides remuneration, what do you feel are the benefits and value of a paid internship compared to one that is unpaid?
I've been fortunate enough to have had two paid internships, in addition to a short unpaid internship that formed part of my degree coursework. Since I've never had an unpaid internship outside of coursework, which is a very different experience, I don't think I can fully answer this question. However, since both of my paid internships involved significant temporary relocations, what I can say is that I could not have afforded to do either without financial compensation. I think that this is likely the case for many emerging heritage professionals. Therefore, offering a paid internship can widen the talent pool, since candidates can come from further afield. Paid interns might also be more likely to stay for the entire placement period because they wouldn't feel financial pressure to find another internship that offers remuneration. Furthermore, while I can't speak for other interns, being paid for my work meant that I never felt like 'just an intern.' I felt like a full, valued team member, which gave me the confidence to contribute ideas and suggestions that I might otherwise have dismissed as unimportant. Obviously, this last issue also depends on the culture of the workplace, but remuneration can serve as a solid foundation for cultivating a positive relationship between intern and host.

What is your dream job?
Ideally, I'd like to work in a smaller, community-oriented museum or gallery in which I'd be able to wear many hats. Since my interests are diverse, I appreciate the flexibility that smaller institutions offer. Also, I think that in many ways it is easier for smaller institutions to form strong relationships with their publics because often they quite literally could not exist without those relationships. For me, they are what make the heritage field so rewarding.

----------------

Première de deux parties

Tous les ans, le Programme de stage RBC pour la relève muséale offre une riche expérience d’apprentissage aux nouveaux professionnels du domaine muséal. Pendant une période de quatre à six mois, les stagiaires ont l’occasion de développer leurs compétences pratiques dans un cadre professionnel supervisé. Les stages ont lieu dans des musées se trouvant dans la ville où doit avoir lieu cette année-là le Congrès national de l’AMC. Cela signifie que les deux stagiaires de 2013 ont eu la chance très rare de travailler à Whitehorse (Yukon)! Nous avons demandé aux stagiaires de l’année passée de répondre à quelques questions sur leur expérience.

Dans la première de deux parties dans ce blogue, Lianne Maitland, récente diplômée du programme de maîtrise en études muséales à l’Université de Toronto, nous donne un aperçu de sa vie de stagiaire :

En quoi a consisté votre stage RBC?
J’étais stagiaire en diffusion externe au musée d’art du Centre des arts du Yukon (CAY), où je travaillais avec le personnel et des partenaires de la collectivité à la gestion de programmes d’art et de collaborations communautaires. J’ai aussi contribué à la gestion des collections et effectué des tâches administratives. Comme l’équipe du musée n’est pas nombreuse, je faisais un peu de tout! Mais j’ai surtout travaillé à la coordination de la Fête de la culture et de Portes Ouvertes avec d’autres membres du personnel du CAY et la Yukon Historical and Museums Association.

Quel est l’aspect du stage que vous avez préféré?
Faire la connaissance de la communauté artistique du Yukon. Il y a quelque chose de particulier au Yukon qui attire des artistes de tout le Canada et de l’étranger, et c’est probablement pourquoi, quand je suis arrivée à Whitehorse, il m’a semblé qu’une personne sur deux que je rencontrais était un artiste (même ceux et celles que je rencontrais hors du travail). La diversité de la communauté artistique locale est particulièrement frappante, tout comme sa participation à la vie de la communauté dans son ensemble. Travaillant au CAY, j’y ai contribué, et j’étais bien sûr au cœur de l’action.


Lianne Maitland et les illustrations originales de Ted Harrison, The Shooting of Dan McGrew et The Cremation of Sam McGee, qui font partie de la collection permanente du Centre des arts du Yukon. (Photo: Centre des arts du Yukon)
Quel conseil donneriez-vous à d’autres diplômés dans le domaine du patrimoine? 
Osez chercher des emplois (ou des stages) un peu hors de votre zone de confort, qu’il s’agisse de la description de tâches, de l’endroit ou du type d’organisation pour laquelle vous travailleriez. Même si ça ne fonctionne pas à long terme, ou que ce n’est au départ que pour une période limitée, avoir une expérience du travail diverse sera payant, car vous aurez un point de vue différent sur les choses, et vous serez plus souple.

À part la rémunération, quels sont selon vous les avantages et la valeur d’un stage rémunéré par rapport à un stage non rémunéré?
J’ai eu la chance d’effectuer deux stages rémunérés, en plus d’un court stage non payé qui faisait partie des travaux pour l’obtention de mon diplôme. Comme je n’ai jamais participé à un stage non rémunéré dans d’autres circonstances, ce qui serait une expérience tout à fait différente, je ne pense pas que je puisse répondre entièrement à cette question. Mais, comme mes deux stages payés m’ont obligée à vivre temporairement loin de chez moi, tout ce que je peux dire, c’est que je n’aurais pas pu me le permettre sans être payée. Je pense que c’est vraisemblablement le cas pour de nombreux nouveaux professionnels du patrimoine. Donc, offrir un stage rémunéré peut élargir le bassin de talents, puisque les candidats peuvent venir de plus loin. Les stagiaires rémunérés sont aussi peut-être plus susceptibles de rester pour toute la période du stage, parce que des pressions financières ne les obligeraient pas à se trouver un stage qui serait rémunéré. De plus, je ne peux pas parler pour d’autres stagiaires, mais étant payée pour mon travail, je n’ai jamais eu l’impression de n’être qu’une « simple stagiaire ». Je me sentais appréciée, membre à part entière de l’équipe, ce qui me donnait la confiance nécessaire pour proposer des idées et faire des suggestions que j’aurais peut-être autrement considérées comme sans importance. Manifestement, ce dernier problème dépend de la culture du milieu de travail, mais la rémunération peut constituer une base solide pour que la relation entre le stagiaire et l’hôte soit positive.

Quel serait le travail de vos rêves?
Idéalement, j’aimerais travailler dans un petit musée local où je pourrais porter plusieurs casquettes. Comme mes intérêts sont divers, j’apprécie la flexibilité qu’offrent les petits établissements. Et je pense aussi qu’à bien des égards il est plus facile pour les petits établissements de former des relations solides avec leur public parce, souvent, ils ne pourraient littéralement pas exister sans ces relations. Pour moi, ils sont ce qui fait du patrimoine un domaine si enrichissant.