Tuesday, July 02, 2013

Sex Talk in the City exhibition: Q&A with Viviane Gosselin |
L’exposition Sex Talk in the City : entrevue avec Viviane Gosselin

The following interview, conducted with Museum of Vancouver curator Viviane Gosselin, is intended to provide a behind-the-scenes look at Controversy and Condoms: Showing Sexuality in Canadian Museums, an article by Kierra Jones in the July/August 2013 edition of the CMA’s Muse magazine. The exhibition Sex Talk in the City is presented until September 2, 2013.
(Le francais suit)

How did this exhibition come about? Where did the idea come from?
From a confluence of events: Years ago I worked at a science centre on an exhibition exploring aspects of human biology. The segment on puberty and teens' sexuality provoked so many fun and challenging conversations on the part of museum staff and visitors that I promised myself I would one day work on an exhibition entirely dedicated to the topic of sexuality. Sex Talk in the City is the first project I proposed when I joined the curatorial team at the Museum of Vancouver (MOV) three years ago.

The Museum of Vancouver’s recent re-invention called for new ways of investigating the city. When thinking about the interpretive role of city museums, stories of settlement, urban development, and built environment come to mind. Sex Talk in the City wanted to make the case that ideas about sexuality not only shape people, they also shape cities. Addressing the topic of sexuality, we felt, could become a compelling way to gain new insights into Vancouver, the Museum’s most significant artefact.

Section of the Classroom. This space looks at formal and informal sex ed curricula: the various “classes” we attend and the type of “teaching” we favour. In the background, the black cougar, a symbol associated with R-rated films was developed by the BC Film Classification Board in the late 1960s.  
Design: PROPELLOR   Photo: Rebecca Blissett
Why did MOV choose to do this exhibition?
Before launching the project, we talked to several public health agencies, education-based organizations, and research networks to assess the relevance of the exhibition from their perspective as well as their level of interest in contributing knowledge and expertise to the project. All parties approached came back to us saying they wanted to be a part of this project; they felt it had the potential to further their respective mandates in innovating ways. Their enthusiasm (and the financial support of some partners) was our cue that the project was viable; we felt it was responding to a need felt by a wide range of communities and stakeholders in the city.

What was the main goal of the exhibition?
In a nutshell: to promote a healthy and more public dialogue about sexuality by bringing together conversations about sexual diversity, sexual education and sexual health and by grounding these key issues in a Vancouver context.

From a museographic standpoint, we wanted to create a highly collaborative exhibition where cultural studies met history and social geography; where the serious and the humorous, the cerebral and the light live side-by-side to make us think about sexuality and the city in novel ways.

How did you tackle the subject?
I think the exhibition does a good job making the argument that we must consider how history, culture and politics are implicated in shaping our ideas about sexuality (biology being only one part of the equation). We came up with the “4 P” concept. The 4Ps inform the thematic and spatial organization of the exhibition:
  • PLEASURE (how sex is good, fun, healthy),
  • PEDAGOGY (the many ways people learn about sex and sexuality)
  • POLITICS (how groups in position of power make decisions that affect the way we express our sexuality publicly and privately) and
  • PERMISSION (giving ourselves – the public and the museum permission to talk about sexuality).
Each “P” corresponds to a specific environment in the gallery space: the Bedroom for Pleasure, the Classroom for Pedagogy, the Street for Politics and the Third Space for Permission. These environments evoked cultural spaces (the private space, the institutional space and the public sphere) where sexuality and ideas of sexuality are expressed and evolve. 

What is the value of exhibitions like Sex Talk in the City?
I think the exhibition using the 4P concept “mixes things up” in interesting ways. It brings together in the same physical and conceptual space facets of sexuality that tend to be seen separately. In the Classroom for instance, we link sex education school curricula, sexting and pornography in a discussion about the process of learning about sex and sexuality; in the Bedroom we have side-by-side an occupational therapist, a burlesque performer and the archdeacon of an Anglican church sharing their views about the importance of being sexual. By de-compartmentalizing certain discussions, the advisory committee hoped to encourage the public to revisit cultural attitudes and beliefs about sexuality.

Desktops displaying hundreds of questions asked by local students during their sex ed classes.
Design: PROPELLOR   Photo: Rebecca Blissett
Do you believe museums have a public duty to share this kind of information?
I don’t think museums should feel obligated to talk about sexuality, unless they feel they have something to add to the conversation. “Having something to add” can mean many things: apply new fields of inquiry or invite people outside the organization to study the collection from a perspective that connects objects, histories, people, and ideas to current understanding of sexuality. These pursuits must be aligned with the museum mandate. If not, they will be perceived as isolated activities and fall flat.

What were some of the challenges in putting together this exhibition?
Working with a very large advisory committee with boundless energy and creativity we had no shortage of good ideas! We had to bring some coherence to a very large and diverse set of ideas. We wanted the exhibition to feature many voices, experiences and perspectives without being cacophonic. The advisory committee included sexual health educators, sex trade workers, public health experts, sexologists, educators, youth, historians, members of the LBGTQ community. We agreed to feature diverse perspectives while highlighting issues and concerns often shared across age, gender, ethnicity, and sexual orientations and expressions.

Did you find that there was a shortage of artefacts or objects to tell the story?
At times, yes. I had no problem locating vintage sexual vibrators from private and public collections. Same with contraceptives: the Dittrick Museum in Cleveland was happy to lend us a nice group from their collection. Locating artefacts documenting the evolution of sexual education in Vancouver on the other hand was a challenge. The advisory committee was instrumental in finding material in private collections. Interestingly, as the public became aware of the project, people volunteered to lend or donate material to the museum. That is how I received two prototypes of adapted sex toys for people living with spinal cord injury; and the “Stand-to-Pee” device used by Female-to-Male transgendered who wish to pee in urinals.

What has public perception of the exhibition been so far; primarily positive and/or negative feedback? Has there been any controversy?
The public reception has been largely very positive. A few individuals expressed their concern and dissatisfaction about the choice of topic i.e. too political, not appropriate for children etc. The topic of sexuality is sensitive but not necessarily controversial.

Let’s not forget that the real controversy around exhibitions like Sex: A Tell-all Exhibition was not over the exhibition content. The public and journalists were outraged by the attitude and intervention of a minister who at the demand of a conservative Christian group publically condemned the Canada Science and Technology Museum in Ottawa for hosting the exhibition. That controversy has more to do with differing views about what the museum’s social role should be than about the actual content of the exhibition.

How did you prepare the public for the exhibition? Did you prepare the staff to deal with comments?
Development of the exhibition were shared at meetings (for staff) and on a blog (for the general public). We tweeted photos depicting the installation phase weeks before it opened. One of our main partners, Options for Sexual Health, offered a training session to help front line museum staff respond to visitor questions and concerns related to the nature of the exhibition topic. A core group of volunteers from the same organization acted as facilitators in the exhibition space during peak hours on weekends in the spring.

We also have signs at the entrance of the gallery space warning visitors about the nature of the exhibition content and stating that it is “intended for adults and youth 15 years and older who choose to learn about or discuss how ideas about sexuality have influenced life in Vancouver.”

We made a conscious decision not to target schools (which is usually what gets very conservative segments of the population going) and instead focused on promoting the exhibition to adults, and to parents, guardians, and educators charged with teaching sex education to young people.

Section of the Street. Wall covered with early 1900s police records of people involved in prostitution. Exhibition texts responding to these historical records were – in large part written by sex trade workers.   Design: PROPELLOR   Photo: Rebecca Blissett
Do you feel there’s a greater interest in exhibiting sexuality within the museum community? Will these kinds of exhibitions continue to grow in Canada?
There is an interest on the part of museums to understand their collections and further their mandate by asking new questions. Interpreting material culture and human experiences through the lens of gender studies, sexology and the history of sexuality can be one way of generating new understandings about museums’ collections. I would be surprised if we didn’t see more exhibitions and programs tackling the topic.

Do you think it is important for museums to engage in dialogue about sexuality, as a means of detracting from the sex industry’s agenda/ views?
I am convinced that museum projects, exhibitions and public programs can provide platforms for people to think more critically about the pervasiveness of sexually explicit content in the media and online. One click separates us (and our kids) from over four million adult websites worldwide. It is distressing to think that the average age a child is first exposed to Internet pornography is 11-years old. With millions of adult and fetish sites out there, we are asking visitors to think of the consequences of not discussing pornography with children.

What do you want people to come away with after viewing this exhibition?
It would be wonderful if the exhibition became a catalyst for reflections and conversations that would otherwise never or not easily take place between visitors. I think tourists this summer are in for a treat! Visiting Sex Talk in the City is a bit like getting into the bedroom of Vancouverites; you usually don’t get this intimate with a city you don’t know!

In-depth interviews are currently being conducted with people who visit the exhibition. I started reading the interview transcripts. It’s fascinating to see how people make multiple connections and invest several hours exploring the entire exhibition. I don’t think there is a better way to conclude than by sharing the thoughts of this 70 year-old visitor from the Gulf Islands:
❝ When I first heard of this exhibit, I was sceptical of this topic as an exhibit. And then it came to me as I was approaching the entrance of the museum. Of course it is appropriate; this is about Vancouver. This is about Vancouver looking at its sexuality and how people have come to make it a more open aspect of being human and living in Vancouver.
M
________

L’entrevue qui suit, menée auprès de la conservatrice Viviane Gosselin du Museum of Vancouver, nous permet de jeter un regard sur Controverse et condoms : La sexualité exposée dans les musées canadiens, un article par Kierra Jones du numéro juillet/août 2013 du magazine Muse de l’AMC. L'exposition Sex Talk in the City est présentée jusqu'au 2 septembre 2013.

Comment cette exposition a-t-elle pris naissance? D’où en est venue l’idée?
D’un concours de circonstances : il y a plusieurs années, j’ai collaboré à une exposition qui explorait les aspects de la biologie humaine dans un centre des sciences. Le segment sur la puberté et la sexualité des adolescents a tellement suscité de conversations coquines et fait jaser les employés et les visiteurs que je me suis promis qu’un jour je monterais une exposition entièrement consacrée au thème de la sexualité. Sex Talk in the City est le premier projet que j’ai proposé lorsque je me suis jointe à l’équipe des conservateurs du Museum of Vancouver (MOV) il y a trois ans.

Dans sa volonté de se renouveler, le Museum of Vancouver cherche de nouvelles façons d’étudier la ville. Lorsqu’on pense au rôle d’interprétation des musées municipaux, on pense d’abord à l’arrivée des premiers citoyens, au développement urbain et à l’environnement bâti. Sex Talk in the City a voulu démontrer que les conceptions de la sexualité ne façonnent pas seulement les individus, mais elles façonnent aussi les villes. Nous avons pensé qu’une exposition sur le thème de la sexualité pourrait offrir une façon convaincante de voir sous un autre œil la ville de Vancouver, l’artéfact le plus important du musée.
Pour introduire le sujet de l'exposition, des citations tirées d'entretiens filmés avec des participants sont affichées dans l'entréeConception: PROPELLOR   Photo: Rebecca Blissett
Pourquoi le MOV a-t-il choisi de présenter cette exposition?
Avant d’entreprendre le projet, nous avons parlé à plusieurs agences de la santé publique, organisations éducatives et réseaux de chercheurs pour évaluer la pertinence de l’exposition, à leur avis, et juger dans quelle mesure ils étaient prêts à offrir leurs connaissances et leur expertise au projet. Toutes les parties approchées nous sont revenues en disant qu’elles voulaient y participer; elles avaient l’impression qu’une telle exposition les aiderait à accomplir leurs mandats respectifs de manière innovatrice. Leur enthousiasme (et leur appui financier, dans certains cas) nous a convaincus que le projet était viable; nous avons réalisé qu’il répondait à un besoin pour bien des collectivités et des intervenants de la ville.

Quel était le principal but de l’exposition?
En bref : promouvoir un dialogue plus sain et plus public sur la sexualité, en rassemblant les conversations sur la diversité sexuelle, l’éducation sexuelle et la santé sexuelle et en ancrant ces questions cruciales dans le contexte de Vancouver.  

D’un point de vue muséographique, nous avons voulu créer une exposition en collaboration dans laquelle les études culturelles rejoignent l’histoire et la géographie sociale; dans laquelle le sérieux et l’humour, le cérébral et l’allègre se côtoient pour nous faire voir la sexualité et la ville sous un nouvel angle.   

Comment avez-vous abordé le sujet?
Je pense que l’exposition réussit à convaincre que nous devons examiner comment l’histoire, la culture et la politique contribuent à façonner nos conceptions de la sexualité (l’aspect biologique n’étant qu’une partie de l’équation). Nous en sommes venus au concept des « 4 P » qui a orienté la thématique et l’organisation de l’exposition :
  • PLAISIR (le sexe est bon, amusant, sain),
  • PÉDAGOGIE (les nombreux modes d’apprentissage sur les questions de sexe et de sexualité),
  • POLITIQUE (comment les gens de pouvoir prennent des décisions qui ont des incidences sur les modes d’expression de notre sexualité en public et en privé), et
  • PERMISSION (nous donner la permission — au public et au musée — de parler de sexualité).
Chaque « P » correspond à un environnement particulier de l’exposition : la chambre pour le Plaisir; la classe pour la Pédagogie; la rue pour la Politique; et le troisième espace pour la Permission. Ces environnements évoquent les espaces culturels (l’espace privé, l’espace institutionnel et la sphère publique) dans lesquels s’expriment et évoluent la sexualité et les conceptions de la sexualité.

Quelle est la valeur d’expositions comme Sex Talk in the City?
Je crois que l’exposition selon le concept des 4 P offre une combinaison intéressante. Elle rassemble des facettes de la sexualité que l’on a tendance à séparer dans le même espace physique et conceptuel. Dans la classe, par exemple, nous établissons un lien entre l’éducation sexuelle et les programmes scolaires, les sextos et la pornographie dans une discussion sur le processus d’apprentissage des questions sur le sexe et la sexualité; dans la chambre, nous avons mis côte à côte un ergothérapeute, un artiste du burlesque et l’archidiacre d’une église anglicane qui partagent leurs points de vue sur l’importance de la vie sexuelle. En décloisonnant certaines discussions, le comité consultatif espère encourager le public à revoir ses attitudes culturelles et ses opinions sur la sexualité.

Croyez-vous que les musées ont un devoir public de partager ce type d’information?
Je ne crois pas que les musées doivent se sentir obligés de parler de sexualité, sauf s’ils ont l’impression d’avoir quelque chose à ajouter à la conversation. Un musée peut ainsi vouloir appliquer de nouveaux champs de recherche ou inviter des personnes de l’extérieur de l’organisation à étudier la collection sous un angle qui cherche à créer des liens entre les objets, les histoires, les gens et les idées d’une part et une compréhension actuelle de la sexualité d’autre part. La poursuite de ces objectifs doit cadrer avec le mandat du musée, à défaut de quoi elle sera perçue comme une activité isolée et n’aura pas l’effet escompté.

Section de la chambre. Un présentoir de vibrateurs datant des années 1890 à aujourd’hui classés par ordre chronologique. Le film projeté sur le lit présente des gens partageant leurs points de vue sur divers aspects reliés au plaisir sexuel.   
Conception: PROPELLOR   Photo: Rebecca Blissett
Quels défis avez-vous dû surmonter pour monter cette exposition?
Travailler avec très grand comité consultatif doté d’une énergie et d’une créativité infinies – les bonnes idées ne manquaient pas! Nous avons dû apporter une certaine cohérence à des idées vastes et diversifiées. Nous avons voulu que l’exposition présente de nombreuses voix, expériences et points de vue, sans être cacophonique. Le comité consultatif était formé d’éducateurs en santé sexuelle, de travailleurs du sexe, de spécialistes de la santé publique, de sexologues, d’enseignants, de jeunes, d’historiens et de représentants de la communauté LGBT. Nous avons convenu de présenter divers points de vue tout en insistant sur les problèmes et les sujets de préoccupation communs à travers les âges, le genre, l’ethnicité et les orientations et expressions sexuelles.

Avez-vous trouvé qu’il manquait d’artéfacts ou d’objets pour raconter l’histoire?
Parfois, oui. Je n’ai pas eu de problèmes à trouver des vibromasseurs anciens dans des collections privées ou publiques. Même chose pour les contraceptifs : le Dittrick Museum de Cleveland s’est fait un plaisir de nous prêter des objets de sa collection. Par contre, il a été plus difficile de trouver des artéfacts qui documentent l’évolution de l’éducation sexuelle à Vancouver. Le comité exécutif nous a beaucoup aidé à trouver de la documentation dans des collections privées. Il est intéressant de souligner que le public a offert de prêter ou de donner du matériel au musée lorsqu’il a été informé du projet. C’est ainsi que nous avons reçu deux prototypes de jouets sexuels adaptés pour les personnes atteintes d’une lésion de la moelle épinière et l’appareil servant à uriner debout utilisé par les transsexuelles passées du sexe féminin au sexe masculin qui désirent uriner dans les urinoirs.

Comment le public a-t-il réagi à une exposition qui va aussi loin? Y a-t-il eu de la controverse? 
Le public a généralement très bien réagi. Certaines personnes se sont montrées préoccupées ou insatisfaites au sujet du thème (trop politique, pas approprié pour les enfants, etc.) La sexualité est un sujet sensible, mais pas nécessairement controversé. N’oublions pas que la vraie controverse autour de l’exposition Sexe : L’expo qui dit tout n’a pas porté sur le contenu. Le public et les journalistes ont plutôt été outrés par l’attitude et l’intervention d’un ministre qui, à la demande d’un groupe chrétien conservateur, a publiquement condamné le Musée des sciences et de la technologie du Canada pour avoir présenté l’exposition. Cette controverse portait davantage sur des perceptions différentes du rôle social d’un musée que sur le contenu réel de l’exposition.

Comment avez-vous préparé le public à l’exposition? Avez-vous préparé le personnel à faire face aux commentaires?
Nous avons fait part du développement de l’exposition lors de réunions (pour le personnel) et sur un blogue (pour le grand public). Nous avons affiché des photos décrivant les installations quelques semaines avant l’ouverture. L’un de nos principaux partenaires, Options for Sexual Health, a offert une séance de formation aux employés de première ligne du musée pour les aider à répondre aux questions et aux inquiétudes des visiteurs ayant trait à la nature du thème de l’exposition. Des bénévoles de la même organisation ont agi comme facilitateurs dans les salles d’exposition pendant les heures de pointe des fins de semaine du printemps.

Nous avons également installé des affiches à l’entrée de l’exposition pour avertir les visiteurs sur la nature du contenu et préciser que l’exposition s’adresse à des adultes et des jeunes de 15 ans et plus qui décident de se renseigner sur la sexualité et d’apprendre comment la sexualité a influencé la vie à Vancouver. 

Nous avons décidé en toute connaissance de cause de ne pas cibler les écoles (qui sont généralement des segments très conservateurs de la population) et de viser plutôt à promouvoir l’exposition auprès des adultes et des parents, des gardiens et des éducateurs chargés d’enseigner la sexualité aux jeunes.    

Croyez-vous que la communauté muséale porte un plus grand intérêt à des expositions sur la sexualité? Ce type d’exposition poursuivra-t-il sa croissance au Canada?
Les musées cherchent à comprendre leurs collections et à renforcer leur mandat en posant de nouvelles questions. L’interprétation de la culture matérielle et des expériences humaines sous l’angle des études des genres, de la sexologie et de l’histoire de la sexualité peut être une façon de mieux comprendre les collections d’un musée. Je serais bien étonnée que l’on ne voie pas plus d’expositions et de programmes sur ce sujet.

Section de la rue. Le visiteur qui regarde le présentoir verra des dispositifs intra-utérins utilisés à des fins contraceptives provenant de la collection du Dittrick Medical History Center de Cleveland. Conception: PROPELLOR   Photo: Rebecca Blissett
Croyez-vous qu’il est important pour les musées d’engager un dialogue sur la sexualité, comme moyen d’affaiblir la portée ou les points de vue de l’industrie du sexe?
Je suis convaincue que les projets, les expositions et les programmes publics des musées peuvent offrir des plateformes pour que les individus voient d’un œil plus critique l’omniprésence de contenus sexuellement explicites dans les médias et en ligne. Un seul clic nous sépare (nous et nos enfants) de plus de quatre millions de sites Web pour adulte dans le monde. Il est assez angoissant de penser que l’âge moyen auquel un enfant est exposé pour la première fois à la pornographie sur Internet est de 11 ans. Avec des millions de sites pour adultes et fétichistes, nous invitons les visiteurs à réfléchir aux conséquences de ne pas discuter de pornographie avec les enfants.

Que voulez-vous que les gens retirent de cette exposition?
Ce serait merveilleux si l’exposition suscitait des réflexions et des conversations entre les visiteurs qui n’auraient pas lieu autrement ou qui n’auraient pas facilement lieu. Je crois que les touristes cet été seront ravis! Visiter Sex Talk in the City, c’est un peu comme entrer dans la chambre des citoyens de Vancouver; les touristes n’ont généralement pas une telle intimité avec les villes qu’ils ne connaissent pas!

Nous procédons actuellement à des entrevues approfondies avec des personnes qui visitent l’exposition. J’ai commencé à lire les transcriptions de ces entrevues. C’est fascinant de voir à quel point les gens font de multiples liens et consacrent plusieurs heures à visiter toute l’exposition. Je ne crois pas qu’il y ait une meilleure façon de conclure que de vous faire part du témoignage de ce visiteur de 70 ans des îles Gulf :
«Quand j’ai entendu parler de cette exposition pour la première fois, j’ai d’abord été sceptique. Puis, j’ai compris en m’approchant de l’entrée du musée. Bien sûr, elle est appropriée; elle parle de Vancouver. Elle traite du regard que porte Vancouver sur sa sexualité et sur ce qui a amené les gens à en faire un aspect plus ouvert de la vie humaine et de la vie à Vancouver.»
 M

1 comment: